Join now
Log in Join

Article EMDR l'Express 03/08/16 (Strasbourg)

Article
FP

Françoise Pistol
Fri 16/09/ Protected content
Sent Items
To:
Ph GRAVé ( Protected content
Evernote
Article EMDR paru dans l’Express du 03/08/16

Reprogrammer le cerveau après un traumatisme psychologique, telle est la vocation de la thérapie EMDR. De nombreux rescapés des massacres de novembre Protected content tenté l'expérience. Avec profit.

Comment en finir avec ces flashs d'images sanglantes? Ne plus sursauter au moindre claquement de porte? Calmer ces palpitations dans la poitrine à la seule idée de prendre les transports en commun? Bref, comment entamer ce long processus que l'on nomme la résilience? Ces questions hantent les victimes - blessés, témoins, personnes endeuillées - des attentats de Paris et de Saint-Denis perpétrés le 13 novembre Protected content .

Très vite après l'horreur, Xavier, un ingénieur de 41 ans, a senti qu'il ne tournait "pas rond". Il refuse alors les "médicaments qui assomment", mais consulte un bataillon de psys. En vain. Le moindre détail de la vie courante le ramène à cette nuit de cauchemar: il est là, au balcon, à prendre des photos du concert des Eagles of Death Metal.

"Reprogrammer" le cerveau
Un officier de la police judiciaire lui parle de la psychothérapie "Eye movement desensitization and reprocessing" (EMDR), recommandée par l'OMS dans la prise en charge des états de stress post-traumatique. La méthode, qui aide à surmonter toutes sortes de traumatismes (accidents de la route, agressions sexuelles, catastrophes naturelles, etc.), consiste à "reprogrammer" le cerveau en faisant effectuer au patient des mouvements oculaires.

"Le mécanisme de la méthode ne s'explique pas, indique Stéphanie Khalfa, chercheuse à l'Institut de neurosciences de la Timone, à Marseille. Mais en comparant des IRM prises avant et après des séances, nous avons notamment constaté une récupération de densité de la matière grise au niveau de l'hippocampe et du cortex préfrontal."

Un fonctionnement mystérieux
Si le fonctionnement de l'EMDR demeure mystérieux, Xavier assure néanmoins avoir retrouvé le sommeil et repris le cours de sa vie après seulement deux séances. Six mois plus tard, il dit aussi n'avoir pas connu de rechute; seuls quelques petits "blocages" persistent, comme le fait de ne pas pouvoir écouter de musique au casque dans le métro. Ce mardi de juin, il retrouve son thérapeute, Marc Vernet, pour traiter ce symptôme persistant. Assis face au praticien, il évoque ses craintes de "ne pas pouvoir réagir en cas d'attaque", de se sentir "coupé du monde, vulnérable". Tout en parlant, il suit du regard la main de Marc Vernet qui balaie l'air de droite à gauche.

Deux à cinq séances peuvent suffire
Les informations prises par Sébastien, qui se décrit comme "très rationnel", l'ont encouragé à tenter l'aventure. Sorti physiquement indemne avec sa femme de l'enfer du Bataclan, cet entrepreneur de 48 ans ne se voyait pas entamer une longue psychanalyse. Mais il fallait bien trouver une solution aux symptômes qui l'assaillaient: crise de larmes en pleine réunion, pertes de mémoire intempestives, incapacité à fixer son attention...

Trois séances d'EMDR l'ont mené sur le chemin de la résilience. "On ressort épuisé de la première rencontre, puis, petit à petit, le souvenir de ce que l'on a subi, vu, entendu, senti se fait moins douloureux", raconte-t-il.

EMDR-ALSACE
Protected content

Strasbourg Forum