Join now
Log in Join

Présentation professionnelle

De toutes mes expériences professionnelles aussi diverses que variées, j'ai deux points communs : le contact clientèle avec une pratique des langues étrangères du fait de la position stratégique et transfrontalière de la Lorraine, une passion pour mes activités professionnelles.
C’est en Allemagne et au Grand Duché de Luxembourg, que j’ai eu mes meilleures chances de travailler. En effet là bas on vous donne une chance même sans expérience et on vous forme sur le tas, voire vous donne une aide financière pour l’entretien, les frais de déplacement.
De toutes mes expériences je n'ai tiré que des forces et des choses positives. J'ai aussi tenté l'expérience de chef d'entreprise par la franchise, le portage salarial, le statut d'entrepreneur salarié et enfin de président d'une SAS, qui m'a amené à participer au réaménagement de la Banque Européenne d’Investissement.
Je suis à la recherche d'un métier me permettant soit de profiter de mes acquis professionnels soit d'enseigner ce que j'ai appris à d'autres personnes, en parallèle à ma passion de partager mon savoir de la langue française à des personnes à travers le monde via skype.
Je suis prêt à venir pour vous expliquer mes motivations.
Cordialement
Laurent CHERET
Protected content
skype : cheret_laurent

1. Mes passions
A. Le jardinage
L’une de mes principales passions reste le jardinage, le respect de la nature et de l’environnement. Je suis tombé dans le jardinage étant petit. J’ai commencé dès mon plus jeune âge à collectionner des végétaux de tout genre, à les reproduire, à faire des bonsaïs. Cela a l’air héréditaire, puisque mon grand-père paternel était jardinier et que mon grand-père maternel avait de très bonnes connaissances du jardinage par passion. Ne les ayant jamais connus, j’ai hérité de leurs savoirs respectifs.
Il faut savoir que le jardinage ne se limite pas à l’entretien du potager. Le jardinage est un secteur très vaste, qui implique des connaissances en irrigation, maçonnerie, bâtiment, électricité, horticulture. Les murs végétaux, par leurs spécificités, demandent encore plus de connaissances pointues des végétaux, de la chimie, de la luminosité.
A mes yeux la pratique du jardinage biologique et respectueux de l’environnement est une priorité, même si dans la réalité professionnelle cela est plus facile à dire qu’à faire pour des raisons de coûts et de pérennité du métier.
Dans ce cadre je tiens à remercier avant tout la société Blumenthal Jardinage et Hydroculture, qui m’a formé en hydroculture, me permettant ainsi d’élargir mes acquis en jardinage. Durant mes expériences pour cette société, j’ai appris à gérer un portefeuille de clients, un planning, en quelques mots les responsabilités d’un patron sans l’être vraiment. Mon expérience pour cette société m’a permis de tester et évaluer mes capacités de gestion et d’organisation.
C’est suite à cette expérience, que j’ai tenté l’aventure en tant que créateur d’entreprise. Je me suis spécialisé dans les murs végétaux. J’ai travaillé avec un cabinet d’architecte sur le projet de réaménagement de l’espace NWOW de la Banque Européenne d’Investissement. Un mur de 40 m² y a été édifié.
De cette expérience je tire des savoirs techniques et professionnels, bref que du positif. Je peux aussi vous assurer des formations de murs végétaux et vous orienter pour la pratique (montage d’un mur végétal) vers une de mes confrères.
B. Les langues
De toutes mes expériences professionnelles aussi diverses que variées il existe un point commun : une pratique intensive des langues. Qu’il s’agisse de mon passage au parc d’attraction Walibi Schtroumph (aujourd’hui Wallygator), chez Convar Deutschland GmbH à Pirmasens, Blumenthal Jardinage et Hydroculture, et du fait de la position stratégique de la Lorraine au sein de l’Europe en tant que carrefour, lieu de passage de l’autoroute reliant le nord au sud de l’Europe, région frontalière avec 3 pays (Allemagne, Belgique, Grand-Duché de Luxembourg), il en va de soi, qu’une pratique des langues est inévitable et indispensable dans le monde professionnel.
Lors de mon passage chez Blumenthal j’ai eu le privilège de rentrer dans les prestigieuses institutions européennes (Cour de Justice, Cour des Comptes, Banque Européenne d’Investissement) mais aussi dans de grands groupes et banques internationaux, m’appelant à parler des langues étrangères. En traversant les institutions Européennes j’ai traversé ainsi l’Union Européenne sans avoir à traverser les frontières réelles des pays concernés.
Les langues pour moi ne sont pas qu’un atout professionnel mais font aussi partie de mon héritage familial. En effet j’ai des origines française, allemande et luxembourgeoise de mes 4 grands-parents. L’histoire de ma famille est liée étroitement à l’histoire franco-allemande.
J’enseigne aussi le français via skype à des personnes des 4 coins du monde. Cela représente plus qu’un métier, mais aussi un enrichissement et un épanouissement culturels et linguistiques, une opportunité de se faire aussi des amis à travers le monde, de connaître de nouvelles cultures. L’enseignement des langues est à mes yeux plus qu’un métier, mais une passion. Cela permet de s’enrichir et de s’épanouir culturellement et linguistiquement, de se faire des amis dans le monde via internet. Cela m’a ainsi permis de connaître ma future femme.
Les langues aussi diverses que variées représentent la richesse de la pensée humaine. Chaque langue représente une façon de penser et dans chaque langue il y a plusieurs variantes sous forme de dialectes, parlers, patois. Une langue s’enseigne différemment selon l’âge (pédagogie, andragogie), le niveau linguistique et les objectifs de la personne. L’enseignement s’adapte à chaque personne.
La traduction aussi fait partie de mes compétences, particulièrement de l’anglais ou de l’allemand vers le français par professionnalisme. En effet mieux vaut intraduire (c’est-à-dire d’une autre langue en tant que langue source vers sa langue mère en tant que langue cible et que l’on appelle version), afin de rester le plus proche du texte d’origine et surtout de rendre compréhensible le texte en éviter les erreurs de syntaxe et construction grammaticale. (cela est lié à la manière de penser française). Pour les extraductions (où l’on traduit de sa langue maternelle vers une autre langue, en général appelée thème), je travaille en binôme avec une personne, dont cette langue est la langue maternelle. Enfin, les termes sont traduits selon le contexte (juridique, technique, médical, etc).
C. Les contacts avec les autres
Durant mes expériences chez Convar Deutschland GmbH, Walibi Schtroumph, Blumenthal Jardinage et Hydroculture, j’ai bénéficié des contacts avec les clients aussi bien directement (face à face, téléphone) qu’indirectement (fax, email). A cela s’ajoute mon expérience de dirigeant d’entreprise et qui m’a permis également de gérer un projet de A à Z aussi avec les clients qu’avec les sous-traitants.
J’ai géré des cas de réclamations, retards, remplacements mais aussi conseillé les clients, assuré le suivi des commandes sur le site de vente en ligne. Tout cela a demandé d’être rigoureux mais aussi une bonne communication avec les clients et collègues.
Quel que soit le type de contact, on n’en sort que satisfait d’avoir aidé, enrichi, ravi d’avoir accompli sa mission. La satisfaction d’avoir pu rendre service, donner les informations qu’un client attend et nous remercie : rien de tel pour nous combler de bonheur, même si avant tout le but d’un travail est le salaire à la fin du mois (cela personne ne peut le nier).
Ayant grandi dans une famille, qui n’a cessé d’aider les autres sans rien en contrepartie, je trouve cela naturel d’aider les autres. Même si certains en abusent, que l’on est dans un monde de requins et que dans le monde du travail il n’y a pas de place pour les gentils, je continuerai à croire que cela peut se faire et à penser ainsi. Mieux vaut exercer un travail passionnant avec un salaire moindre que de travailler comme un malade et finalement ne pas en profiter On travaille pour vivre et non le contraire. Il faut trouver un compromis entre les deux afin de faire du travail une part de sa vie, comme si le travail était une continuité de la vie privée. Bref fusionnons vies privée et professionnelle. Il existe des moyens de le faire en travaillant en freelance et en marketing de réseau.
D. L’informatique
Il y a bien un autre point commun à toutes ces activités : l’utilisation de l’outil informatique et d’internet. Outre le téléphone et le fax ces outils permettent de maintenir un contact permanent avec les clients et fournisseurs, par sans oublier skype. Que ferions-nous sans internet de nos jours ? Cela va de la communication avec les proches, les amis, les professionnels, en passant par la recherche de travail, les démarches administratives. L’outil skype est une pure merveille et permet de communiquer avec n’importe qui, n’importe où et à n’importe quelle heure, en tenant compte bien sûr du décallage horaire. C’est comme une traversée du monde sans prendre l’avion. J’ai commencé à utiliser les outils Word et Excel, puis à monter, démonter les pcs, formater et wiper les disques durs, installer les drivers ou pilotes, Windows, MS DOS, Linux. Le monde informatique est un monde en pleine expansion comme l’univers ! Le progrès ne s’arrête et tout ce qui est performant aujourd’hui sera désuet et dépassé dans six mois seulement !

World Forum