Join now
Log in Join

Les Jeux Olympiques

La torche olympique : Le Brésilien ne désiste jamais !

Les Jeux Olympiques sont arrivés ! Pour certaines personnes de mon pays, ce sera un moment de célébration, pour d’autres, pas exactement. Pour moi, c’est irréfutable qu’ils mouvementent déjà beaucoup de choses chez nous.

Un dimanche, une amie américaine m’a raconté que c’était l’anniversaire de sa mère. Comme cadeau, la vielle femme lui avait demandé une photo de la flamme olympique qui passerait par Sao Paulo. Elle avait récemment subi une chirurgie et cette amie ne pouvait pas être avec elle.

Je lui ai suggéré de voir le passage de la torche de chez moi, mais la fille voulait aller à l’Avenida Paulista. Cependant, nous avons constaté que ni un ni l’autre ne serait possible à cause de l’horaire.

Comme vous savez déjà, je suis une brésilienne légitime, donc je ne désiste pas facilement. À ce moment-là, notre dernière option était partir tout de suite au stade Pacaembu, l’endroit le moins lointain.

Ceux qui connaissent Sao Paulo savent que la circulation est folle, en particulier lors d’événements. Alors, moi et trois filles, nous sommes parties. Eh bien, après avoir « dribblé » les voitures sur la route, nous avons enfin arrivées au lieu. Mais un autre problème s’est posé : où se garer ? Tout plein ou restreint et la torche était presque là.

Tout à coup, un petit « miracle » nous est arrivé : j’ai trouvé une place. Le seul problème était les gardiens, en portugais « flanelinhas » (les hommes qui facturent à « regarder » votre voiture, mais ne garantissent pas sa sécurité). J’ai ensuite essayé de négocier avec un et je lui ai convaincu de ne pas me faire payer. Je lui ai promis une sucette qui « ferait sa vie plus douce ». Normalement, ça ne marcherait pas du tout, mais il a accepté ma proposition.

Mais si vous pensez que les obstacles ont fini, je vous raconte que malheureusement non. Nous avons trouvé une petite manifestation située entre nous et la camionnette de la flamme. Je pensais que c’était peut-être une blague. À la fin, nous avons trouvé un bon endroit pour apprécier la célébration.

Sur place, nous avons reçu une « torche » gonflable comme souvenir. Anxieuses, nous attendions le passage de l’objet précieux. Je me sentais comme une adolescente et me suis souvenue de quand j’ai manqué l’école pour voir un « boy band ». Avec nombreuses filles, je pleurais en face de son hôtel en criant. À cette occasion-là, j’ai perdu ma chaussure et je me demandais comment expliquer cela à ma mère.

Finalement, la torche a apparue et, bien sûr, cette amie américaine a atteint son objectif. Non seulement elle a pris la photo du défile, mais aussi à côté d’un des athlètes honorés qui faisaient le relais. Et moi ? J’ai senti que ma mission était accomplie. Pour quoi ? Parce qu’un Brésilien ne désiste jamais !

World Forum